Carnet du petit Tom : Physique, biologie et évolution...

05 juillet 2006

On est en finale !

Ante scriptum : désolé pour le "on", j'aurais dû dire "ils", mais c'est l'enthousiasme du moment !


Demi-finale tendue, comme souvent. Les Bleus (enfin les Blancs depuis les huitièmes, à mon avis il y a un peu de superstition là-dessous) ont été manifestement à la fois crispés par l'enjeu et par la perspective des suspensions pour la finale. Mais ils ont tenu la marque, c'est tout ce qu'on leur demandait ! Paradoxalement, je pense que l'équipe avait besoin d'un match au couteau comme ça avant la finale. On est maintenant à peu près sûrs qu'ils ne céderont pas à l'euphorie. Espérons que le physique revienne d'ici dimanche soir...

A l'université, la tension était palpable pendant le match, et l'assemblée (majoritairement pro France) frémissait à la moindre incursion portugaise. Mais tout comme le Brésil, on ne sentait pas le Portugal capable revenir après le pénalty de Zizou. Le méritait-il seulement après le festival de plongeons de leurs attaquants dans la surface ?

Maintenant, l'Italie nous attend... Après ces demi-finales, la France n'est clairement pas favorite, et l'Italie apparaît comme un dernier obstacle redoutable. Pour la première fois depuis le début de la Coupe du Monde, je dois avouer que je ne suis pas très optimiste... Mais si Domenech l'astrologue consulte les astres, il doit bien constater que tous les voyants sont au vert ! Comme il l'avait prédit, les Bleus seront sur le terrain le 9 juillet. De plus, les tendances lourdes dans les confrontations directes en compétition ont été toutes confirmées : ni l'Espagne, ni le Portugal, ni le Brésil sans Pelé ne sont capables de battres les Bleus. Ces demi-finales ont par ailleurs été un remake presque parfait de l'Euro 2000, avec une élimination du pays organisateur par l'Italie et un France-Portugal qui se joue sur un pénalty de Zidane. L'Italie n'a plus gagné contre la France depuis 78, paraît-il. Il ne manquerait plus que Trézéguet donne la victoire dimanche à la France...

Dans tous les cas, la génération Barthez-Thuram-Zidane terminera donc sa carrière en finale de coupe du monde. Il suffit de voir les larmes de Thuram, le "malgré lui" de la sélection française, pour comprendre à quel point c'est merveilleux pour eux. La génération dorée du foot français pourra prendre sa retraite avec le sentiment du devoir accompli dimanche soir. Avec, dans la besace, une deuxième étoile ?

Allez les Bleus !!

5 commentaires:

Dominique a dit…

Cher Monsieur,

je lis avec attention votre blog depuis son ouverture et, meme si je me fais discret, je suis tres interesse par ce que vous racontez : enfin un blog qui cherche a etre serieux et a parler de sujets intelligents.
Je me suis meme dit en le lisant que vous proveniez tres certainement d'une grande ecole francaise car votre niveau de formation est excellent (niveau que vous n'auriez pu acquerir en passant par une minable universite francaise).

J'ai recemment fortement dechante. Vos messages sur le mondial et sur l'equipe de France sont passablement pathetiques. Ce sont des commentaires qui fleurent bon le nationalisme nazifiant ! Comment peut-on s'interesser a ce sport de proletaires quand on a recu une education un tant soit peu raffinee. Dans l'economie mondialisee dans laquelle nous evoluons, il devient impensable de s'attacher ainsi a son pays d'origine.

Par ailleurs, j'ai ete completement attere par votre comparaison entre les reactions en France et aux Etats-Unis. Votre collegue Suisse a totalement raison : la France est incapable de se reformer et cela va precipiter son declin dans la competition (passionnante) qui l'attend face aux pays emergents.

J'en viens donc a reviser mon jugement initial. Vous ne pouvez pas venir d'une grande ecole ou l'enseignement est de qualite et prepare comme il faut les jeunes a un avenir competitif. Vous etes, c'est le plus probable, issu d'un cursus universitaire ou vous avez recu un enseignement marxisant et deresponsabilisant.
Dominique

PS : je n'utilise pas d'accents dans mes messages. C'est une specificite typiquement francaise aujourd'hui archaique.

Tom Roud a dit…

Salut Dominique,
j'avoue que de bon matin, j'ai failli me laisser prendre. Heureusement le PS m'a confirmé que c'était n'importe quoi.
Sinon, c'est sympa l'Allemagne en ce moment ?

mnc_ a dit…

Les posts sur le foot sont gracieux et astucieux, par contre nier si désespérément l'évidence d'un dessein intelligent comme moteur de l'évolution est faire preuve d'un conservatisme Darwinien aveugle dont les théories impliquent entre autre que l'équipe aurait pu être éliminée par la sélection naturelle du sport.
Alors qu’il est évident que c'est un dessein intelligent, le "Dieu du foot", qui a décidé de mener notre équipe jusqu'à Berlin. Ce Dieu magnanime entends cette belle prière que j'invite à reprendre en coeur: 'allez les bleus'

Tom Roud a dit…

Tout à fait, il y a incontestablement un dessein intelligent dans le foot !
D'ailleurs, tout le monde a bien vu comment le Dieu du foot, à l'image du Dieu chrétien, peut être un et plusieurs à la fois !
http://www.cahiersdufootball.net/diaporama.php?PHPSESSID=910bbbb7052e9d3a8ec7a4df8a0e76a9

Mostly-Harmless a dit…

Bon, allez, je concède le "on" ...
Par contre, le match contre le Portugal ne m'a pas enchantée, je l'ai laissé en fond sonore (ne serait-ce que parce que je l'avais de toute manière en fond avec mes voisins, donc autant harmoniser le bâtiment et tenter une résonance télévisuelle) mais je ne suis pas restée assise devant comme pour le match contre le Brésil.