Carnet du petit Tom : Physique, biologie et évolution...

09 novembre 2006

L'éternel débat science vs religion


Time magazine a organisé dans son numéro daté du 13 Novembre un débat entre deux scientifiques, Richard Dawkins et Francis Collins, sur les relations entre Dieu et la Science. Le contexte américain est bien connu : les ultra-religieux, pour des raisons essentiellement politiques et morales, ont décidé de s'attaquer à la théorie de l'évolution, vue comme dangereuse moralement car faisant de l'homme un animal comme les autres. Ils ont ainsi développé une théorie pseudo-scientifique, l'Intelligent Design (ID), visant à attaquer la science sur son terrain. Scientifiquement, c'est plutôt un coup d'épée dans l'eau; politiquement en revanche, la stratégie a été très efficace, livres, débats se multiplient, certains décideurs en sont même à accepter voire à préconiser l'enseignement de l'ID à l'école.

Evidemment, le milieu scientifique ne reste pas indifférent face à cette attaque en règle et se doit de se positionner dans le débat. On peut à mon avis classer les scientifiques en trois catégories :
- les athées forcenés (comme Dawkins, auteur notamment du gène égoïste et du récent The God delusion), voyant la religion comme un archaïsme trompeur et bien décidés à ne pas se laisser faire, voire à démontrer l'inexistence de Dieu,
- les scientifiques "neutres" (par exemple Stephen Jay Gould) qui pensent qu'il n'y a pas lieu de se poser la question de la cohabitation entre Dieu et la science, représentant deux domaines bien distincts qui ne se parlent jamais. Dieu ne fait pas partie de la nature, n'intervient pas dans celle-ci.
- les scientifiques croyants, qui pensent que Dieu existe et intervient dans les affaires du monde, rarement mais sûrement. Francis Collins, directeur du National Human Genome Research Institute , auteur de The Language of God: A Scientist Presents Evidence for Belief, fait partie de ceux-là. Néanmoins, pas fou, Collins pense qu'il est impossible de démontrer l'existence de Dieu par des moyens scientifiques.

Le débat organisé par Time commence par une présentation rapide des positions respectives des deux scientifiques sur Dieu et la science. Pas de surprises de ce côté-là. Time demande ensuite à Dawkins pourquoi il pense que la théorie de Darwin contredit le récit de la Genèse (!). Dawkins développe alors brièvement comme explication scientifique alternative la théorie néo-darwinienne à base de mutations/sélection. Collins approuve et pense que la théorie de l'évolution n'est pas incompatible avec l'idée d'un Dieu créateur : selon lui, Dieu aurait pu juste donner l'impulsion initiale, l'organisation de la nature émergeant naturellement vers un homme créé à son image. Pourquoi pas après tout, même si Dawkins fait remarquer un peu perfidement que c'est un procédé bien étrange que d'attendre que l'homme émerge tel quel après 4 milliards d'années d'évolution. Mais bon, les voies du Seigneur sont impénétrables, n'est-ce pas ?(d'ailleurs c'est en somme ce que lui rétorque Collins).

Time met ensuite sur la table la tarte à la crème actuelle issue de la physique, à savoir que les constantes fondamentales semblent ajustées pour permettre l'apparition de la vie (voir ici et surtout là pour plus de détails sur cette controverse et les théories en jeu). Collins assène alors le principe anthropique fort : Dieu a choisi les paramètres ainsi pour que l'homme apparaisse. Dawkins répond par la version cordiste du principe anthropique faible : il existe tellement d'univers parallèles qu'il y en a forcément un pour lequel les paramètres sont bien ajustés.

Et là, Collins nous sort un argument tellement incroyable que je me suis sincèrement demandé s'il était sérieux. Collins trouve plus plausible d'un point de vue scientifique, l'existence de Dieu, plutôt que l'existence de multi-univers. Il conclut donc, en vertu du rasoir d'Occam, que Dieu existe !!!

Arrêtons-nous quelques instants sur cet argument. A ma gauche, nous avons une théorie scientifique, contestée certes, mais qui donne une réponse. A ma droite, nous avons Dieu. Et bien, Collins, scientifique de son état, trouve la science physique non plausible, et penche donc pour Dieu. Je trouve cela totalement hallucinant. Imaginons-nous 1000 ans en arrière. A l'époque, il n'existait pas de théorie de la gravité par exemple. Comment Collins aurait-il expliqué la rotation de la Lune autour de la Terre et la chute de la pomme ? En tant que scientifique, la règle numéro 1 devant un mystère est de chercher une explication scientifique, naturelle. Devant l'incompréhensible, seule la démarche scientifique s'est historiquement révélée pertinente et efficace. Préférer Dieu à la science, n'est pas une attitude scientifique. Cependant, Collins affirme, je cite :

"God is the answer of all of those "How must it have come to be" questions".


Dawkins le recadre alors en lui faisant remarquer que ce n'est effectivement pas une démarche scientifique...

Time, perfide, demande alors si la réponse à de telles questions pourrait être Dieu (après bien sûr une recherche vraiment scientifique). Dawkins botte en touche en disant qu'il pourrait y avoir quelque chose d'immense, d'incompréhensible pour nous, de très grand. Collins lui fait remarquer que c'est Dieu par définition. Dawkins répond alors qu'il n'y a aucune chance que ce Dieu soit Jésus, Yahweh ou Allah. Je pensais alors que c'était une pirouette. Pourtant, la suite démontre qu'il a au contraire mis dans le mille. Le débat glisse sur la Genèse et la Bible en général. Collins affirme alors haut et fort sa foi de chrétien : devant l'impossibilité scientifique, il affirme que Dieu a nécessairement violé les lois de la Nature pour féconder la vierge et pour ressuciter. Autrement dit, Dawkins avait bien répondu, le débat est tout autant de contrer l'idée d'un Dieu créateur que l'idée que son propre Dieu est véritablement le Dieu créateur. Collins se fait d'ailleurs titiller sur ce point par Dawkins qui lui fait remarquer qu'il est en bonne compagnie avec des "clowns" fondamentalistes.

Le débat embraye sur l'autre thème classique, à savoir l'explication de la morale. Collins affirme que la morale vient de Dieu, qui nous a créés moraux et que cela ne peut être entièrement expliqué par la théorie de l'évolution. Dawkins pense le contraire et expose ses arguments scientifiques (voir ici sur ce blog toujours). Encore une fois, j'ai été un peu soufflé par le discours de Collins : comment peut-on être scientifique et affirmer que certains phénomènes naturels ne peuvent être expliqués scientifiquement ?

Le débat se termine par une évocation du problème des cellules souches. Dawkins est favorable à toute expérimentation tant qu'aucun système nerveux n'existe, et fait remarquer que les hommes n'hésitent pas par exemple à faire souffrir des animaux pour les tuer, ce dont n'ont cure les religieux. Collins fait alors remarquer que les hommes et les animaux ne sont pas équivalents moralement, ce que Dawkins reconnaît. C'est à mon avis le seul point que Collins marque dans le débat, même si je pense que la réponse à ce genre d'interrogations se trouve dans la philosophie plutôt que dans la religion.

Chacun conclut alors sur son message principal. Collins, sans surprise, insiste sur le fait qu'il pense qu'il y a certaines questions dont on ne peut trouver la réponse que dans la religion. Etonnament, Dawkins revient sur l'idée qu'il y a des arguments convaincants contre l'existence d'un créateur, mais que, si créateur il y a, ce n'est certainement pas Jesus à son avis, mais quelque chose qu'aucune pensée humaine ne peut concevoir...

Voilà pour ce résumé un peu long. Etant moi-même plutôt sur la ligne de Dawkins, je n'ai pas repris tous ces arguments, et me suis concentré, y compris à la lecture, sur les arguments de Collins. Je dois dire que j'ai été un peu déçu de ce point de vue, et pas convaincu, c'est le moins qu'on puisse dire...

4 commentaires:

LFaB a dit…

Cette hypothèse, Sire, explique en effet tout, mais ne permet de prédire rien.

Le problème avec les débats sur Dieu, c'est que l'on défini rarement de manière clair de quoi l'on parle.
Il y a le dieu "philosophique", défini par ses super-qualités: omniscient, omnipotent, éternel, intemporel, cause primordial de toutes choses, etc, avec toutes les contradictions que cela implique. Suivant les variantes, il peut correspondre à l'univers, les lois de la physiques, les conditions initiales, la force... Lui, je le considère soit comme une simple question de vocabulaire, soit comme une question non scientifique.
Et puis il y a les dieux des différentes religions, comme par exemple ce qui est décrit dans le coran ou la bible. Celui là est sensé agir sur le monde, il est plus "humain". Celui là, on peut dire qu'il n'est pas scientifique de prétendre qu'il existe, en comparant les conceptions du monde physique de ces différents récits inspirés avec les observations réels, en notant l'indéniable historicité de ces textes et mythes, chacun fruit d'une culture et époque sans qu'il soit nécessaire d'ajouter une intervention extérieure, la diversité et l'incompatibilité des récits sacrés, qui montre bien que la croyance au surnaturelle est quelque chose de naturellement émergent dans toute société humaine. Cela ne veut pas dire qu'il est impossible qu'il existe, tout comme il est possible que la Terre soit plate, et qu'elle n'a l'air ronde que par illusion. Seulement, cela demande un acte de foi.
La situation peut changer si effectivement on découvre un ensemble d'observations concordantes incompatibles avec des hypothèses plus parcimonieuses que l'existence d'un invertébré gazeux schizophrénique.

Tom Roud a dit…

"Cette hypothèse, Sire, explique en effet tout, mais ne permet de prédire rien."

Tu parles des multi-univers ? Je ne peux qu'être d'accord avec toi, c'est vrai. En même temps, cette hypothèse existe, d'autres hypothèses véritablement scientifiques sont possibles sur ce sujet (voir l'un des liens du billet), et je ne comprends donc pas l'attitude de Collins. Et même en l'absence de théorie scientifique valable, cela ne me paraît pas scientifique d'y substituer Dieu, c'est exactement l'attitude des Intelligent Designer qui invoquent Dieu à tout bout de champ au moindre "mystère".

Pour la distinction entre les dieux, je suis aussi d'accord. Clairement, Dawkins est ouvert à l'hypothèse d'un dieu "philosophique", mais n'accepte pas le dieu spécifiquement chrétien de Collins etc... qui n'est pas scientifique comme tu l'expliques et qui demande acte de foi.

LFaB a dit…

En fait, c'est, selon wikipedia, la suite de l'échange suivant entre Napoléon et Laplace:
Napoléon : Monsieur de Laplace, je ne trouve pas dans votre système mention de Dieu ?
Laplace : Sire, je n'ai pas eu besoin de cette hypothèse.

Je ne connais pas grand choses sur les multi-univers. De toute façon, quelle que soit l'explication, ont retombe fatalement sur un "pourquoi il y a quelque chose plutôt que rien".

Tom Roud a dit…

"pourquoi il y a quelque chose plutôt que rien"

La question véritablement scientifique serait plutôt "comment y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?" ;)
Sinon, il y a une autre question qui se pose en aval, qui est "comment la vie (intelligente) a pu apparaître". J'ai l'impression que le débat sur les causes premières est à la limite annexe : le vrai débat sur Dieu porte sur cette seconde question. Dawkins répond hasard et multi-univers, Collins fine tuning des conditions initiales et intervention localisée de Dieu (avec tous deux en bakground évolution par sélection). Sinon, toi qui aimes les théories originales, tu en penses quoi de l'idée d'évolution des univers :
http://tomroud.blogspot.com/2006/07/lunivers-volu.html

(je sais, je suis incorrigible, mais j'aime beaucoup ce billet)...