Carnet du petit Tom : Physique, biologie et évolution...

08 avril 2007

Effet Allègre

La campagne électorale échauffe les esprits, et cette semaine a vu se succéder quelques déclarations scientifiques peu inspirées. Effet de mode, le réchauffement climatique semble être un terreau idéal pour ce genre de discours. Ainsi, Eric Le Boucher dans sa chronique du Monde, à propos des climatologues qui ont l'outrecuidance d'affirmer que le réchauffement climatique aurait un impact négatif sur l'économie, nous livre cet argument imparable :

"Pourquoi affirmer avec aplomb que 2 degrés de plus sont mauvais pour le commerce, alors qu'on observe sur le territoire de ces Etats-Unis un déplacement de l'activité vers le Sud et vers le soleil ?"

C'est vrai ça : le soleil, ça attire les retraités et c'est bon pour le tourisme. Et puis de toutes façons, les ouragans, ce n'est jamais que la forme naturelle de la destruction créatrice, et cela stimule le BTP au moment de la reconstruction !

Outre la manifestation d'ignorance relative du dossier du réchauffement climatique dont fait preuve ELB dans cette simple phrase -habitude d'économiste peut-être, il se focalise sur le réchauffement moyen en oubliant la variabilité potentielle énorme du réchauffement et surtout leurs effets locaux- on ne peut que constater que l'utilisation de contre-arguments aussi débiles décrédibilise totalement un discours qui peut par ailleurs être sensé...

8 commentaires:

david a dit…

Le Boucher est un cretin qui croit etre intelligent parce qu'il dit des choses a contre-sens. Je trouve particulierement comique le fait de se moquer du GIEC sous des pretextes scientifiques en invoquant C. Allegre. C. Allegre dont ce n'est absolument pas le domaine, et surtout qui a montre jusqu'ou il etait capable pour faire son interessant: le mensonge pur et simple (entre autre, invoquand un article de NATURE qui dit en gros exactement le contraire de ce qu'Allegre veut lui faire dire). Plus c'est gros, plus ca passe, visiblement.

Le Boucher, c'est une sorte de Wilberforce pathetique, en fait.

t.w. a dit…

Pour le coup en plus son discours est exactement le contraire de ce qu'Allègre avait tenté de faire passer comme message (à savoir qu'il était temps de s'occuper de comment on allait gérer la montée de la température).

david a dit…

L'article d'Allegre qui avait commence la polemique en 2006 (dans le Point) etait quand meme un bel exemple de coup mediatique. Il pretendait se placer sur le plan scientifique (du moins il a ete utilise dans cet esprit par certains), avec entre autre des citations d'articles de Natures, mais les arguments se resument en fait a des techniques digne des meilleurs crackpots (seul contre tous, etc...).

Ce qui m'avait marque dans cet article de C. Allegre, c'etait qu'il pretendait s'appuyer sur la recherche recente, avec notament un article de Nature sur l'influence des precipitations de neige, de memoire. Article qui, apres lecture au dela du titre qui pouvait preter a confusion, affirmait exactement le contraire de ce qu'Allegre lui faisait dire... Ce type de comportements d'une figure scientifique est lamentable.

Tout ca pour dire que pour moi, le message de C. Allegre etait avant tout a nature politique et pour se faire mousser, pas vraiment pour faire avancer les choses. C'est un peu comme le degraissage de mammouth, en fait: on gesticule beaucoup, rien n'est fait, mais c'est pas grave, il passe pour le heros seul contre tous, incompris... S'il avait vraiment voulu faire avancer le debat, il aurait pu faire un article autrement plus intelligent, qui allait au dela de l'invective.

Tom Roud a dit…

Le pire avec cette histoire d'Allègre c'est que certains, non spécialistes (et spontanément peu enclins à l'écologie) sont maintenant convaincus qu'il n'y a pas de réchauffement climatique d'origine humaine. C'est pour cela que quand on parle science (ou quand on utilise un langage scientifique), il faut faire très attention à ce qu'on dit, car on peut très facilement renforcer les préjugés des uns et des autres en leur donnant une "justification" par la science. C'est aussi pour cela que je n'aime pas beaucoup les sondages d'opinion, les interprétations politiques des statistiques brutes, voire certains discours d'économie politique...

david a dit…

Je crois surtout que certains se sont empresse de prendre ce type d'articles comme la preuve que les problemes ecologiques actuels ne sont qu'une elucubration de gens qui n'y connaissent rien. C'est un peu "ah ah, je vous avais bien dit, l'ecologie, c'est des conneries, la preuve, Allegre le dit". Ils n'ont jamais cherche a reellement comprendre les enjeux. Ce type d'actions est bien plus dangereux encore que celles d'un Bove, que je n'apprecie guere.

Maintenant, lorsque l'on dit que l'on est mefiant envers les OGM, on est un "anti progressiste", lorsque l'on s'interroge sur le nucleaire, on est un dangereux illumine, etc... Une espece de scientisme digne du XIX siecle d'autant plus risible qu'il vient souvent de non scientifiques.

Matthieu a dit…

Pour en revenir à le Boucher, je me suis demandé si le fait de passer délibérement sous silence le rapport Stern (impact économique du rechauffement climatique) était une preuve de mauvaise foi ou d'ignorance.

Tom Roud a dit…

@ Matthieu : il y a probablement un peu des deux. Quand on ne veut pas croire à quelque chose, on a tendance à oublier toutes les informations allant à l'encontre de sa croyance (cf le livre récent de Lewis Wolpert "Six impossible Things before breakfast" dont je ferai une note de lecture dès que je l'aurai terminé ;) ).

Eric C. a dit…

Merci pour la citation de Le Boucher, c'est effectivement énorme. De quoi animer pas mal de soirées :)